PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 45€

* France métropolitaine.

Mer et santé : zoom sur les compléments alimentaires marins

mer et santé

La mer à perte de vue, le bruit des vagues… si de nombreuses personnes affirment que l’air marin fait du bien au moral, les bienfaits de la mer ne s’arrêtent pas là.

La biotechnologie marine utilise ses ressources pour apporter des solutions innovantes aux secteurs de l’agroalimentaire, de la cosmétologie, mais aussi de la pharmacologie. Les compléments alimentaires marins mettent de nouvelles bioressources au service de notre santé et de notre bien-être. 

Compléments alimentaires marins : des ressources naturelles et de qualité 

Sous forme d’ampoules, de gélules ou de comprimés, les compléments alimentaires marins ont bien des avantages. Ils contiennent des oligo-éléments et des minéraux de haute qualité. Leur biodisponibilité est souvent bien supérieure à celle de principes actifs terrestres. 

Par ailleurs, lorsqu’ils sont à base d’algues ou de minéraux, ils représentent une alternative aux compléments alimentaires classiques pour les végétariens. 

Dans tous les cas, les compléments alimentaires marins doivent être pris dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée pour être efficaces. En cas de pathologie chronique ou de traitement associé, il est recommandé de demander l’avis d’un médecin.

Le collagène hydrolysé

On pense souvent au collagène comme à un soin beauté anti-âge, mais en réalité, une carence en collagène affecte l’ensemble de notre corps. Cette protéine est bien présente au niveau de l’épiderme à qui elle apporte de l’élasticité et de la tonicité, mais elle structure également le cartilage, les tendons, les vaisseaux sanguins et fixe le calcium sur les os. 

Un manque de collagène peut donc se traduire par la présence de rides sur la peau, de douleurs articulaires, de tendinites et de fractures. 

Le vieillissement est en cause, car la synthèse du collagène dans l’organisme diminue naturellement avec l’âge. Cependant, le stress et la pollution sont aussi des facteurs de risque importants. 

Lorsque l’on souhaite mettre en place une supplémentation, il faut savoir que le collagène d'origine marine est réputé pour avoir une meilleure biodisponibilité que le collagène bovin ou porcin. 

Cependant, les dernières recherches pharmaceutiques ont mis au point une nouvelle forme de collagène : le collagène hydrolysé

Également appelé peptides de collagène ou collagène bioactif, ce complément alimentaire marin subit une transformation qui le rend encore plus assimilable. L’hydrolysation consiste en effet à scinder la longue protéine de collagène en petits fragments, qui deviennent alors des peptides : le laboratoire Dielen en a fait une de ses spécialités. De la vitamine C peut être ajoutée, car elle joue un rôle dans la synthèse du collagène et rend la supplémentation encore plus efficace. 

La spiruline : une algue riche en nutriments

La spiruline fait partie des compléments alimentaires marins les plus populaires, car c’est une algue riche en protéines de haute qualité. Elle contient en effet 8 acides aminés essentiels. La teneur en protéines varie selon les marques, mais en moyenne, on considère qu’une cuillère à café de spiruline apporte 2,5 g de protéines. 

Commercialisée en poudre et peu calorique, elle est souvent utilisée pour supplémenter l’alimentation des vegans. Cependant, même si la qualité de ses protéines végétales est la première raison pour laquelle elle est employée, c’est également un aliment très riche sur le plan nutritionnel.  

Cette algue de couleur bleue à verte est une source non négligeable de minéraux et d’antioxydants. Voici, les principaux micronutriments qu’elle contient : 

  • Bêta-carotène (provitamine A)
  • Oméga 6
  • Fer
  • Calcium
  • Potassium
  • Phosphore
  • Magnésium
  • Zinc

La spiruline est également l’alliée des sportifs. Cependant, il faut veiller à ne pas dépasser les doses recommandées par les fabricants afin d’éviter certains effets secondaires comme des nausées ou des maux de tête. 

Les acides gras oméga-3 du poisson

Lorsque l’on souffre de troubles cardiaques, une supplémentation en oméga-3 peut être conseillée. En effet, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) reconnaît son utilité pour le bon fonctionnement du cœur et la lutte contre l’hypertension. 

Néanmoins, tous les omégas-3 ne se valent pas ! Pour avoir des bienfaits sur la santé, ils doivent être suffisamment riches en acides gras EPA (acide eïcosapentaènoïque) et DHA (Acide DocosaHexaénoïque)

D’ailleurs, le cerveau qui est composé de 60 % de lipides comporte 14 % d’oméga-3 avec une grande majorité de DHA. Cet acide gras est donc indispensable à son bon fonctionnement. Des recherches récentes à ce sujet mettent déjà en évidence que la dépression ou la maladie d’Alzheimer sont des pathologies souvent associées à un taux de DHA faible. 

Si notre organisme est capable de fabriquer le DHA et l’EPA à partir de différents aliments comme les huiles végétales, une supplémentation directe de la forme synthétisée ne peut se faire qu’à partir de produits issus de la mer : poissons gras (saumon, sardines…), algues et crustacés.

Les compléments alimentaires marins à base d’oméga-3 permettent de pallier une carence qui peut s’observer en présence d’une peau sèche, de cheveux cassants, d’une fatigue ou d’une sécheresse oculaire. 

Le magnésium marin 

Le magnésium participe aux mécanismes de contaction (et décotraction) musculaire. Il jour un rôle dans la contraction des fibres de myéline présentes dans le tissu musculaire et les neurones. De ce fait, il est fréquant de le retrouver dans les produits qui cherchent à réduire les crampes, lutter contre le stress ou la fatigue. 

Chez l’adulte, l’apport nutritionnel conseillé (ANC) est de 6mg/kg/jour de magnésium soit 420 mg par jour pour une personne de 70 kg. On trouve du magnésium dans différents types d’aliments comme le chocolat, les légumes secs, les noix et certaines eaux minérales. 

Hormis un déséquilibre alimentaire, un manque de magnésium est possible en cas de pratique intensive d’un sport, une grossesse, un stress chronique, des diarrhées ou encore des vomissements. 

Une carence peut s’exprimer par des crampes, des palpitations, des maux de tête et des troubles de la concentration. 

En raison de sa haute biodisponibilité, le magnésium marin (extrait d’eau de mer) contribue à augmenter les apports journaliers. Tout comme les compléments alimentaires marins riches en collagène, il peut contenir des peptides pour une meilleure absorption par l’organisme. 

Le calcium marin 

Le corps humain est incapable de fabriquer du calcium, essentiel à la croissance et au maintien de la santé osseuse. Il doit donc rechercher chaque jour des apports en calcium dans son alimentation. La référence nutritionnelle pour la population (RNP) est de 950 mg par jour chez les plus de 24 ans. Cela signifie que c’est l’apport nécessaire pour couvrir les besoins de la majorité des personnes. 

Les principales sources alimentaires de calcium sont les produits laitiers, les fruits et légumes et certaines eaux minérales. 

Cependant, il existe aussi du calcium marin qui provient de poissons ou d’une algue rouge appelée lithothamme. Il présente un intérêt majeur pour les personnes intolérantes au lactose qui sont plus à risque d’être carencées. 

Par ailleurs, le calcium marin est parfois extrait de la nacre. Sous cette forme, les fabricants mettent en avant le fait qu’il n’a pas besoin de vitamine D pour se fixer sur les os. 

Ressources de la mer et médecine de demain

Le milieu marin est loin d’avoir révélé tous ses secrets. Selon l’Institut Océanographique, sur les 150 000 substances naturelles décrites aujourd’hui, seules 10 % proviennent de la mer. 
En dehors des compléments alimentaires marins, le développement de la biotechnologie devrait offrir de nouvelles perspectives au monde médical. 

À titre d’exemple, les vers marins (arénicoles) devraient aider dans les greffes d’organes. Leur capacité à fixer l’oxygène sur l’hémoglobine, 50 fois supérieure à la nôtre, pourrait permettre aux chirurgiens d’avoir plus de temps au moment de la transplantation. En matière d’innovation pharmaceutique, des champignons marins sont également à l’étude pour lutter contre le cancer. 

Sources : 

ANSES. (2016, décembre). Actualisation des repères du PNNS : élaboration des références nutritionnelles
Institut Océanographique, B. Banaigs. (2013, septembre). Les molécules marines pour la santé et la recherche médicale
Sciences et Avenir avec AFP. (2014, 26 mai). Biotechnologie : les pouvoirs du sang « universel » du ver marin. Sciences et Avenir. 

Date de mise à jour : vendredi 17 juin 2022 par Alexandre Autrou