PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 45€

* France métropolitaine.

Santé naturelle, beauté, bien-être

Supplémentation en vitamine D : attention au surdosage

Goutte de vitamine D

Depuis quelques semaines, la vitamine D, très prisée en hiver, suscite encore plus d’engouement que d’habitude. La raison ? Certains scientifiques affirment qu’elle limiterait les formes graves de Covid-19. Pour autant, la supplémentation n’est pas à prendre à la légère. Le CHU de Lille met d’ailleurs en garde contre l’augmentation des intoxications liées à un surdosage en vitamine D.

À quoi sert la vitamine D ?

Le calciférol ou vitamine D est une prohormone surtout connue pour lutter contre l’ostéoporose chez la femme à la ménopause. Elle améliore l’absorption intestinale du calcium, indispensable à la bonne minéralisation des os.

Elle joue également un rôle dans la transmission nerveuse, essentielle au fonctionnement cérébral et à la contraction musculaire.

Plus largement, la vitamine D contribue au renforcement du système immunitaire. D’ailleurs, de récentes études sur les patients atteints par la Covid-19 continuent d’aller dans ce sens.

Où la trouve-t-on ?

Le soleil apporte de la vitamine D à l’organisme et permet sa synthèse. On recommande donc de s’y exposer une vingtaine de minutes par jour. Une habitude difficile à garder toute l’année !

Dans l’idéal, il faut en effet découvrir les bras et les jambes. Avec le port du masque, même le visage reste couvert. De plus, l’exposition au soleil ne suffit pas. Il faut la présence de rayons UVB, plutôt rares en hiver.

Heureusement, certains aliments riches en vitamine D contribuent aussi à maintenir des apports satisfaisants :

  • Les poissons gras : sardine, saumon, morue, maquereau…

  • Les abats, en particulier le foie

  • Le jaune d’œuf

  • Le chocolat noir

Le taux de vitamine D peut se mesurer par une prise de sang prescrite par un médecin. En cas de déficit avéré, il est possible d’avoir recours à des médicaments ou à des compléments alimentaires pour compléter l’apport nutritionnel. 

Qui est à risque de carence ?

De manière générale, la carence en calciférol est un phénomène assez courant.

Un rapport de l’HAS indique que « l’hypovitaminose D est un phénomène très répandu » dans le monde. Ce n’est pas surprenant car de nombreux profils sont susceptibles d’être en déficit :

  • Les personnes qui ne s’exposent pas au soleil ou se couvrent toujours la peau.

  • Les hommes et les femmes qui ont une peau foncée car la mélatonine fait barrage aux UVB.

  • Les personnes de plus de 50 ans dont la capacité à synthétiser la vitamine D diminue avec le temps.

  • Les nourrissons et les femmes enceintes qui ont des besoins plus importants que le reste de la population.

Pour en savoir plus, retrouvez notre article En France, est-on carencé en vitamine D ?

Covid-19 et supplémentation

Avec la Covid-19, la supplémentation en calciférol est encore plus importante que les hivers précédents.

Fin janvier, 73 experts francophones réunis au CHU d’Angers ont appelé à supplémenter les Français en vitamine D. Une recommandation qui n’est pas seulement destinée aux personnes âgées mais à toute la population.

Selon ces experts, la supplémentation en vitamine D contribuerait à réduire le risque de formes graves de Covid-19, de passages en réanimation et de décès.

C’est une théorie relayée par de nombreuses études scientifiques. Le 27 octobre 2020, une publication du Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism dévoilait que parmi 216 patients hospitalisés à cause de la Covid-19, 82 % présentaient une carence en vitamine D. 

Risque de surdosage en vitamine D

Dans le contexte de la Covid-19 et de la médiatisation des bienfaits de la vitamine D, un nouveau phénomène inquiète : celui du surdosage.

Récemment, le CHU de Lille a relevé de nombreux appels de personnes anxieuses à l’idée d’être intoxiquées par la vitamine D.

Une consommation excessive peut en effet nuire à un bon état de santé. Les premiers symptômes d’un surdosage sont les suivants :

  • Maux de tête

  • Nausées

  • Vomissements

  • Perte de poids

  • Fatigue intense

À long terme, le surdosage en vitamine D est responsable d’un taux de calcium trop élevé qui se manifeste par une calcification et donc un durcissement des tissus. Dans ce cas, le risque d’incidence sur les fonctions cardiaques et rénales est sérieux.

Quelles recommandations appliquer ?

Récemment, l’Ansm a publié des recommandations pour contrer le surdosage chez les nourrissons et les enfants :

  • Privilégier les médicaments indiquant une concentration précise aux compléments alimentaires.

  • Contrôler le dosage administré.

  • Ne pas multiplier les produits enrichis en vitamine D.

L’organisme précise qu’une mise à jour des recommandations nationales concernant les doses de vitamine D destinées aux enfants est en cours.

Pour les adultes, l’Anses indique une RNP (Référence Nutritionnelle pour la Population) de 15 microgrammes par jour. Une quantité qui concerne seulement l’apport par l’alimentation. Si vous êtes à risque ou si vous êtes testé positif au Covid-19, n’hésitez pas à engager la conversation avec votre médecin traitant.

Plusieurs traitements sont possibles pour combler un déficit. Dans tous les cas, comme pour les enfants, n’additionnez pas les médicaments et les compléments alimentaires contenant de la vitamine D.

Quel choix possible pour les compléments alimentaires ?

Pour la fabrication de compléments alimentaires, on utilise de la vitamine D2 ou D3. La première vous garantit une origine 100 % végétale mais il faut la stocker dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière, pour préserver ses propriétés.

La vitamine D3, d’origine animale, est mieux absorbée par l’organisme. Elle est aussi moins sensible à l’humidité et à la chaleur.

Pour faire une cure de calciférol, les ampoules sont pratiques car elles permettent d’espacer les prises de plusieurs semaines. Cependant, le taux sanguin n’est pas stable. Il est élevé dans les premiers jours après l’absorption et chute jusqu’à la prochaine prise.

En revanche, si vous optez pour les gouttes ou les gélules, la prise quotidienne est contraignante mais l’apport en vitamine D est plus régulier. C’est un avantage lorsque l’on souhaite soutenir le système immunitaire sur la durée.

Pour un remède naturel, vous pouvez aussi vous orienter vers l’huile de foie de morue. Elle est très riche en vitamine A et D. Étant donné que les concentrations peuvent varier d’un produit à l’autre, il faut bien tenir compte des indications du fabricant pour éviter tout surdosage.

Date de mise à jour : vendredi 05 mars 2021 par Alexandre Autrou