PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 45€

* France métropolitaine.

Santé naturelle, beauté, bien-être

Peau sensible : pain dermatologique ou savon surgras ?

Vous avez envie de vous laver au savon, mais votre peau est sensible ? Qu’elle soit sèche ou réactive, des solutions existent. Certains savons conçus pour les peaux les plus capricieuses peuvent vous permettre de vous débarrasser de votre gel douche. Découvrez en détail les avantages du savon surgras ou du pain dermatologique. Quelle est la différence entre les deux ? Lequel choisir en fonction de votre type de peau ?

Pourquoi passer au savon ?

Par rapport à un gel douche, le savon a plusieurs avantages :  

  • Il est plus écologique : compact et solide, il est souvent vendu sans emballage plastique, en vrac ou dans un étui en carton.
  • Il est plus économique : le savon n’a pas besoin d’être versé ce qui limite les pertes liées à un mauvais dosage.
  • Le savon peut être 2-en-1 : il existe des savons surgras ou des pains dermatologiques adaptés au corps et au visage pour éviter de cumuler les produits d’hygiène. 

Toutefois, le gel douche garde l’avantage de la praticité lors des voyages ou pour aller à la salle de gym. Il offre aussi un confort d’utilisation différent que certaines personnes peuvent préférer.

Pain ou savon ?

Lorsque l’on a une peau sèche ou hypersensible, on a tendance à croire que tous les savons nous sont interdits. C’est faux : le pain dermatologique ou le savon surgras sont justement faits pour ces types de peau !

Les gels douche et les savons solides contiennent des tensioactifs qui constituent leur base lavante. Ces molécules amphiphiles ont une face qui peut s’agréger à l’eau (hydrophile) et une autre qui s’agrège aux corps gras (lipophile). Comment agissent les tensioactifs ? En formant de la mousse au contact de l’eau, ils emprisonnent les impuretés et l’excès de sébum dans des micelles qui sont évacuées au rinçage. 

Mis à part ce point commun, le pain dermatologique et le savon surgras ont des compositions très différentes et ne répondent pas aux mêmes besoins. 

Le pain dermatologique

Le pain dermatologique est aussi appelé « savon sans savon ». Cette appellation un peu étrange signifie qu’il ne contient pas les tensioactifs issus du processus traditionnel de saponification, mais des tensioactifs de synthèse

L’absence de saponification présente l’avantage d’éviter l’ajout de soude dans le pain dermatologique, car cet ingrédient est parfois mal toléré chez les peaux réactives. 

En fonction de votre sensibilité, il est par ailleurs recommandé de choisir un savon sans sulfate, car ce tensioactif peut être irritant ou assécher la peau. Sur l’étiquette, sa présence est indiquée par les termes « Ammonium Lauryl Sulfate » ou encore « Sodium Lauryl Sulfate ». 

Pour la fabrication du pain dermatologique, on privilégie l’emploi de tensioactifs doux, qui moussent moins, comme le Sodium Cocoyl Isethionate dérivé d’huile de coco

De plus, le pain dermatologique dispose parfois d’un pH physiologique proche du pH naturel de la peau, pour l’aider à conserver ses défenses naturelles. 

En résumé, l’action du pain dermatologique est préventive. Elle vise à nettoyer la peau tout en préservant son film protecteur hydrolipidique. Le pain ou savon dermatologique est donc particulièrement adapté aux peaux sensibles dites réactives ou atopiques

Le savon surgras

Contrairement au pain dermatologique apparu récemment, le savon surgras est un savon traditionnel enrichi en agents nourrissants. On parle parfois de savon crème ou encore de savon hydratant. 

Sa base lavante est obtenue grâce à un procédé ancien appelé saponification. Le mélange de corps gras et de soude permet de former des tensioactifs. Par exemple, dans le savon de Marseille, on les retrouve sous le nom de « Sodium Olivate » qui indique la présence de soude et d’huile d’olive. 

Les savons solides peuvent être saponifiés à chaud ou à froid. Si la plupart des acides gras  supportent bien la chaleur, certains d’entre eux comme les omégas 3 et 6, y sont un peu plus sensibles. La saponification à froid est donc intéressante pour préserver toutes les propriétés des acides gras essentiels contenus dans les corps gras du savon. Ils contribuent en effet à la souplesse du derme. 

Concernant les agents nutritifs du savon surgras, il peut s’agir :  

  • D’huiles végétales : olive, coco, argan, abricot…
  • De beurres végétaux : karité, cacao, mangue.
  • De corps gras d’origine animale : comme la lanoline ou la glycérine. La glycérine est une molécule que l’on retrouve aussi dans les végétaux, mais l’origine animale dans les cosmétiques est fréquente en raison de son coût moins élevé. 

Comparé au pain dermatologique, le savon surgras avec ses tensioactifs naturels, mise davantage sur la restauration que sur la préservation du film protecteur de l’épiderme. 

De fabrication traditionnelle, il est quoi qu’il en soit beaucoup plus doux qu’un savon classique et convient parfaitement aux peaux sèches.

Les autres composants des savons dermatologiques ou surgras

Si votre peau est sèche à tendance atopique, rien ne vous empêche d’opter pour un pain dermatologique surgras. Il dispose de tensioactifs doux et est également enrichi en agents hydratants souvent employés dans les savons surgras comme le beurre de karité ou l’huile d’argan. 

Pour les peaux fragiles et pour plus de confort, d’autres ingrédients aux propriétés cicatrisantes ou apaisantes peuvent être ajoutés comme le miel, l’aloe vera, le lait d’ânesse ou encore des eaux thermales. 

Votre peau tiraille toujours ?

Le pain dermatologique et le savon surgras prennent soin de votre peau lors du lavage, mais ne peuvent pas résoudre tous les problèmes. Des démangeaisons, picotements et rougeurs qui persistent sont le signe que quelque chose ne va pas. Si après quelques jours d’utilisation d’un savon adapté à votre peau, vous éprouvez toujours une sensation d’inconfort, n’hésitez pas à demander l’avis d’un dermatologue et à consulter nos 8 conseils pour éviter une peau sèche

 

Date de mise à jour : mercredi 20 octobre 2021 par Alexandre Autrou