PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 45€

* France métropolitaine.

Santé naturelle, beauté, bien-être

Les ingrédients des produits naturels de la ménopause

Femme ménopausée en extérieur dans la nature

La ménopause est une période importante et délicate dans la vie d’une femme. Il s’agit d’un phénomène progressif qui touche plus de 10 millions de femmes en France. Il se manifeste par des symptômes affectant plus ou moins la qualité de vie. De nombreux compléments alimentaires existent pour venir soulager ces maux. Pour la plupart à base de plantes, ils viennent stimuler ou remplacer la production d’hormones sexuelles (lesquelles viennent à diminuer lors de la ménopause). 

Ces produits, bien connus des consommatrices, ont fait l’objet de polémiques ces dernières années. A quel ingrédient se fier ? Quelles sont les tendances ? On fait le point dans cet article ! 

Rappel sur la ménopause et ses traitements

La ménopause est un phénomène physiologique naturel au cours duquel les ovaires réduisent leur production d’hormones sexuelles, c’est-à-dire, les œstrogènes. Elle arrive généralement entre 45 et 55 ans selon les femmes et les cycles. Ce phénomène s’accompagne d’une grande variété de symptômes, physiques et émotionnels, parmi lesquels : bouffées de chaleur, trouble du sommeil, irritabilité, sécheresse de la peau et vaginale, maux de tête … 80% des femmes expérimentent au moins un de ces symptômes au cours de leur vie. Heureusement, seulement 20 à 25% d’entre elles se plaignent de troubles prononcés, affectant leur qualité de vie. Sur le long terme, la ménopause peut également s’associer à d’autres pathologies telles que l’ostéoporose et certains risques cardio-vasculaires (liées également à la chute hormonale). 

Des traitements hormonaux de substitutions (THS) existent pour soulager les symptômes les plus lourds. Cependant, ces traitements sont sous le feux des projecteurs depuis une vingtaine d’années. Pour cause, des résultats d’études cliniques rapportant des risques de cancer et de maladies cardiovasculaires dans certains cas de traitements. Le recours aux traitements allopathiques est donc discuté. En France en 2017, 8 à 10% des femmes suivaient un THS (avec des troubles importants impactant fortement leur qualité de vie). 

Face à cette crise de confiance, de plus en plus de femmes souhaitent s’orienter vers des solutions naturelles, en toute sécurité. La phytothérapie et la prise de compléments alimentaires viennent ainsi répondre à cette demande croissante. 

Les phyto-œstrogènes : les ingrédients historiques 

Les phyto-œstrogènes sont les ingrédients stars de la prise en charge des troubles de la ménopause en phytothérapie. Les phyto-œstrogènes les plus connus sont les isoflavones contenus dans le soja. Les isoflavones sont des molécules présentant une analogie structurale avec la molécule d’œstrogène. Ces phyto-œstrogènes fonctionnent en compensant partiellement la chute d’oestrogènes dans le corps. 

On retrouve une autre famille de phyto-œstrogènes appelée lignanes dans d’autres plantes telles que le trèfle rouge (Trifolium pratense), le kudzu (Pueraria lobata) et l’actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa). Leur concentration en phyto-œstrogènes est pourtant plus importante que celle du soja. Ces lignanes ne sont pas des phyto-œstrogènes à proprement parlé. Elles se transforment, via la flore intestinale, en molécules à activité oestrogénique. 

Enfin, on retrouve des phyto-œstrogènes en quantité plus faible dans pléthore d’aliments : légumes secs, oignons, pommes, vin rouge et le thé… A vous de choisir ! 

En ce qui concerne la posologie, l’ANSES recommande de ne pas dépasser 1 mg d’isoflavones par kg de poids et par jour. 

Ingrédients de la ménopause :  la tendance du « sans » 

Les produits ménopause « sans OGM »

Du soja, oui, mais sans OGM ! Le monde des compléments alimentaires n’est pas épargné par la défiance grandissante vis à vis des OGM. Le « sans OGM » est donc devenu incontournable dans la formulation des produits à base de soja. Et il n’est plus rare de croiser des produits dont la mention « Sans OGM » est inscrite sur le packaging ! Ce sera le cas par exemple du complément alimentaire Gynéa ménopause du laboratoire Synergia.

Des compléments alimentaires « sans hormones »

La prise d’isoflavones n’est pas sans danger sur la santé. En effet, du fait de l’activité oestrogénique des isoflavones, leur administration est contre-indiquée chez les femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancers hormono-dépendants (sein et corps de l’utérus). Face à ces préconisations, les produits indiquant la mention « sans hormones » ont le vent en poupe. 

Voici un tour d’horizon des ingrédients tendances, sans activités oestrogèniques : 

  • Les graines de lin (Linum usitatissimum) contiennent des acides gras oméga-3 et des lignanes (en plus faible quantité). C’est l’ingrédient tendance du moment retrouvé dans de nombreuses formulations. On les retrouve par exemple dans tous les produits de la gamme leader des compléments alimentaires liés aux problématiques de la ménopause : Ménophytea® du laboratoire Nutréov. La prise de graine de lin (même en excès) est sans danger (un inconfort digestif peut cependant se produire). 
  • Le DHEA est une hormone naturelle qui entre dans le processus de synthèse des hormones sexuelles. Des études cliniques ont notamment montré leur efficacité dans les troubles de sècheresse de la peau et du vagin. 
  • Le houblon est une plante qui peut être utilisé dans la formulation de compléments alimentaires pour soulager les troubles de la ménopause. En effet, il possède un effet sédatif (comme la valériane, la passiflore et la mélisse par exemple). Il est donc préconisé pour les troubles du sommeil et de l’endormissement observés chez les femmes ménopausées. On retrouvera le houblon dans le Sérélys dont la formule a été adaptée à une prise par jour d'où son nom Sérélys One.
  • Endophospholipidiques : certains compléments alimentaires contiennent un mélange d’acides gras insaturés riches en oméga-3 d’origine marine, les endophospholipides. Cependant, pour l’instant aucune étude clinique ne vient prouver leur activité sur les troubles de la ménopause. 

Dans le monde des compléments alimentaires, de nombreux ingrédients existent, cependant, les ingrédients cités ci-dessus sont ceux les plus documentés à ce jour ! 

Formules innovantes pour des femmes plus exigentes

Les formules sont de plus en plus complexes venant allier synergie de plantes pour lutter contre le fond (perte de production hormonale) ainsi que des désagréments précis : sommeil, ostéoporose, bouffées de chaleur … C’est le cas par exemple de Méno’Confort du laboratoire Pileje. Ce complément alimentaire associe l’extrait d'actée à grappes noires et des vitamines (D, B6, acide folique et B12) pour une prise en charge complète. 

En parallèle de la prise de compléments alimentaires, certaines préconisations simples et quotidiennes peuvent vous aider à passer ce cap plus sereinement ! 

  • Mangez équilibré (suivre les recommandations du PNNS)
  • Enrichissez votre alimentation en calcium (produits laitiers, fromages…) 
  • Faites du sport (pour régulariser le sommeil et lutter contre le surpoids)
  • ET surtout : relaxez-vous !

Sources : 

ANSES [en ligne]. Rapport « Sécurité́ et bénéfices des phyto-estrogènes apportés par l’alimentation ». Mars 2005

INSERM [en ligne]. Ménopause, Améliorer la sécurité d’utilisation des traitements hormonaux. Octobre 2017

Loïc Bureau. La phytothérapie pertinente. Altal Editions, Janvier 2012. ISBN 978-2-91673-630-3. 

Vidal. Le guide des compléments alimentaires. Vidal Eds, Juillet 2008. ISBN 978-2-85091-166-8. 

Date de mise à jour : jeudi 11 février 2021 par Alexandre Autrou