PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison gratuite à domicile dès 40€ d'achat!
Santé naturelle, beauté, bien-être

Gemmothérapie : une branche de la phyto qui se penche sur les bourgeons

Gemmotherapie

Des cellules souches dans les bourgeons de plantes

Née dans les années 50 entre les mains du médecin homéopathe belge Pol Henry, une nouvelle branche de la phytothérapie voit le jour sous le nom de phytoembryothérapie, renommée plus tard gemmothérapie, du latin "gemmae" signifiant à la fois bourgeon et pierre précieuse. Elle consiste en l'extraction puis macération de tissus embryonnaires de certaines plantes (bourgeons, jeunes pousses et radicelles).

Au même titre que la médecine traditionnelle oriente ses recherches vers une utilisation poussée des cellules souches dans le traitement de nombreuses pathologies, le concept de la gemmothérapie repose sur un principe identique : récolter les bourgeons arrivés à maturité avant éclosion, alors gorgés de sève et de méristème. Ce dernier joue le rôle de réserve de cellules indifférenciées, dont l'intérêt est de détenir toute l'information génétique de la plante et donc toutes ses propriétés. Ces dernières vont différer selon la plante, et donc selon les hormones, les oligo-éléments, les vitamines et les minéraux qu'elle contient.

Gemmothérapie : de la branche au flacon

Une fois cueilli, le bourgeon est mis en macération dans un mélange d'alcool, de glycérine végétale et d'eau. Après filtration, on obtient un macérat concentré* mis en bouteille sombre. Comment s'opère le choix du consommateur ? Il est recommandé de suivre les conseils d'un spécialiste comme un médecin homéopathe, un phytothérapeute ou encore un naturopathe. La posologie, par voie orale, varie de 5 à 15 gouttes par jour. Il est important de la respecter pour éviter tout surdosage. Le produit obtenu peut se conserver 3 ans.

Vous retrouverez les deux leaders du marché de la gemmothérapie, Herbalgem et Santarome dans notre catégorie consacrée aux produits issus de la gemmothérapie.

*Il existe des formules diluées mais elles possèdent des inconvénients non négligeables : l'extraction se fait sans eau, or Pol Henry y attachait une grande importance, la posologie (de 50 à 150 gouttes par jour) peut paraître fastidieuse, la quantité d'alcool contenue dans le liquide impose des précautions pour les femmes enceintes et les enfants.

Date de mise à jour : mercredi 17 octobre 2018 par Alexandre Autrou