PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 49€

* France métropolitaine.

Cycle hormonal & règles Pranarom

Pranarom

Mal de ventre, maux de tête, irritabilité, fatigue, poitrine douloureuse, irruption de boutons... Les symptômes qui accompagnent l'arrivée des règles sont nombreux et peuvent vite devenir un enfer pour les femmes qui en souffrent. Près de 70% des femmes sont concernées par divers symptômes, que l'on rassemble sous le nom de "syndrome prémenstruel" (SPM), et par les règles douloureuses.
Cependant, certains compléments alimentaires adaptés peuvent contribuer au confort menstruel et à l'équilibre hormonal. Ainsi, l'huile d'onagre est traditionnellement conseillée pour favoriser le confort pendant la période prémenstruelle. Pour les femmes qui souffrent d'anxiété, d'hypersensibilité et de déprime passagère avant l'arrivée des règles, une cure de magnésium et de vitamines B6 peut être envisagée pour les aider à retrouver sérénité et bien-être. Votre "mauvaise période" du mois n'est pas forcément une fatalité. En l'anticipant, vous pouvez contribuer à passer une meilleure semaine.

Pranarom
Décor nature

Les règles font-elles grossir ?

La réponse est non... avec un petit "mais". Lorsqu'une femme souffre du syndrome prémenstruel, ses règles n'arrivent jamais sans prévenir. Sentant les signes pointer le bout de leur nez environ une semaine avant le premier jour des règles, ces femmes sont préparées à entamer un nouveau cycle dès lors qu'elles sentent des changements comme une hypersensibilité (psychique), une tension dans la poitrine, des jambes lourdes,des douleurs articulaires, des maux de tête, des éruptions cutanées, une modification du transit, des ballonements et une sensation de corps ou de ventre gonflé...
Avant leurs règles, les femmes n'aiment pas le reflet que leur montre leur miroir, ni le poids indiqué sur la balance. Pas de panique, vous n'allez pas cumuler de nouveaux kilos à chaque cycle ! Ce poids en trop, c'est de la rétention d'eau, et cette rétention peut effectivement ajouter 1 à 2 kilos à votre poids normal. Pour atténuer cela, limitez l'apport de sel dans votre alimentation. Avec l'apparition des règles, vous constatez d'ailleurs que vous "dégonflez". Cette prise de poids est donc passagère et sans conséquence.
En revanche, si vous souffrez du SPM, méfiez-vous d'un effet pervers de ce syndrome : les fringales ! Avec la chute de la progestérone, l'organisme rencontre une chute de la glycémie qu'il cherchera à compenser. Voilà d'où viennent vos envies de sucre (mais certaines femmes se jettent plus sur les aliments gras et salés) avant les règles. Si vous cédez à cette envie, c'est un vrai problème car le sucre que vous ingérerez ne partira pas comme l'eau mais se fera un plaisir de se transformer en graisse qui se logera sur les hanches, les fesses, les cuisses... Pour lutter contre vos envies de sucre avant la venue de vos règles, n'hésitez pas à vous aider de coupe-faims... Et cette fois, vous ne pourrez plus accuser vos règles de vous faire grossir !

Syndrôme prémenstruel, c'est quoi ?

Le syndrôme prémenstruel, souvent abrégé en SPM, correspond à la période, plus ou moins longue, qui précède l'arrivée des règles où tout un tas de symptômes physiques et psychiques peuvent survenir pour compliquer le quotidien.
Cela est, vous vous en doutez, lié au cycle menstruel et aux taux hormonaux qui varient parfois brusquement. Pour cette raison, la nature et l'intensité des symptômes seront différents d'une femme à une autre.
Non seulement les fluctuations hormonales sont responsables des symptômes physiques franchement désagréables, comme les migraines, la rétention d'eau, des seins volumineux et/ou douloureux, fatigue intense, mais elles ont aussi des effets pas toujours très sympathiques sur l'humeur... coup de déprime, aggressivité, émotivité exacerbée, insomnies... Difficile à supporter pour tout le monde. En fait, ces désagréments sont dûs aux variations hormonales dont l'influence se fait sentir jusque dans les concentrations en neuromédiateurs ! Ainsi, on constate des baisses de sérotonine, de GABA et de dopamine.