PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 45€

* France métropolitaine.

Santé naturelle, beauté, bien-être

Quel collagène pour des articulations en bonne santé ?

Qu’est-ce que le collagène ?

Marcheurs avec articulation en bonne santé

Le collagène est une protéine très présente dans le corps. Il représente de 30-35 % des protéines totales de l'organisme. On le retrouve dans de nombreuses structures (peau, tendons, cartilages, ligaments, tissus conjonctifs (c’est à dire tous les tissus de soutien). Il assure plusieurs fonctions dans le corps :
  • Il permet la cohésion des tissus et organes, avec d’autres molécules : l’élastine et les glycoprotéines. On le retrouve beaucoup dans les tissus conjonctifs présents dans presque toutes les parties de notre corps. En fait, ces tissus conjonctifs, correspondent à l’armature de notrecorps. Ils permettent le soutien, le remplissage, l’attache, ou encore la protection.

  • Il confère aussi des propriétés d’hydratation, de résistance et de souplesse à ces mêmes tissus et organes.

On distingue plus d’une vingtaine de types de collagène. Parmi eux, le collagène de type I se retrouve dans les os mais aussi dans la peau ou les tendons.
Le collagène de type II se trouve notamment dans les cartilages aux extrémités des os. Comme évoqué dans notre Vidéo, le collagène assure une protection de l'os contre les chocs et frottements. Il n'est pas inervé et n'est pas non plus irrigué par les vaisseaux sanguins mais se renouvelle en continu et lentement. Lorsque le processus de dégradation naturel est plus rapide que le processus de reconstruction, le cartilage s'use et l'inflammation se met en place. Le collagène UC II est l'ingrédient principal du complément alimentaire GCAFLEX du laboratoire Santé Verte.

On peut aussi évoquer le collagène de type V qui rentre dans la constitution des tissus conjonctifs et est souvent associé au collagène de type I. Comme toute protéine, il est constitué d’unités appelées acides aminés. Et chaque type de collagène correspond à une séquence d’acides aminés différente.

Notre production de collagène décroit avec l’âge. Et cette diminution débute très jeune, vers l’âge de trente ans. Mais elle s’accentue vraiment à partir de la cinquantaine. Notre organisme a donc des besoins accrus en acides aminés.

De plus, les protéines de collagène présentes dans notre corps se dégradent sous l’effet des rayons solaires, de la pollution, des radicaux libres et d’une alimentation déséquilibrée : un excès de sucre ainsi que les aliments grillés (viandes, viennoiseries, fritures…). Cette diminution globale du collagène engendre différentes conséquences telles que des raideurs articukaires, l’apparition de rides, une guérison des blessures plus lente. Parmi les plus gênantes : l’arthrose et les douleurs articulaires.

Les différents compléments à base de collagène proposés pour les articulations

Pour contrer les effets de cette diminution - et notamment les problèmes articulaires - des suppléments à base de collagène sont proposés. Leur objectif : redonner à notre corps les acides aminés nécessaires pour régénérer et maintenir le niveau de collagène de nos tissus. 

Il faut savoir que le collagène se trouve uniquement dans les tissus humains et animaux. Les végétaux (plantes ou algues) n’en contiennent pas. Le collagène marin, quant à lui, est issu de peaux, écailles, arrêtes ou épines de poissons ou crustacés. Tout complément à base de collagène est donc élaboré à partir de peau, os, articulations, épines ou écailles d’animaux.

Une fois dans le tube digestif, cette protéine complexe résistante et insoluble est difficilement disponible en tant que tel. En revanche, on utilise souvent le collagène hydrolysé, mieux assimilé. On l’obtient par une fragmentation de molécules de collagène natif appelée hydrolyse. Notre corps peut alors le digérer et l’absorber plus facilement pour profiter au mieux de ses nutriments.

Parmi les collagènes sur le marché, on distingue globalement 2 types principaux de collagènes :

  • Le collagène de type II entre essentiellement dans la structure du cartilage. Il apporte donc des acides aminés entrant spécifiquement dans la composition des articulations. Ceci explique son intérêt pour prévenir les douleurs articulaires ou les problèmes liés à l’arthrose.

  • Le collagène marin est, quant à lui, un collagène de type I, celui retrouvé dans une majorité de tissus du corps. Ses principaux bienfaits concerneront la peau, les tissus conjonctifs et les os.

Selon les atteintes, on privilégiera un type de collagène plutôt qu’un autre. Mais globalement, les suppléments de collagène apportent 2 acides aminés indispensables à la synthèse du collagène dans l’organisme et peu présents dans l’alimentation : la glycine et l’hydroxyproline.

Il est à noter également que les compléments alimentaires à visée articlaire combinent souvent plusieurs ingrédients. Comme évoqué plus haut, la douleur étant liée à linflammation,il est fréquent de retrouver les plantes anti-inflmmatoire comme le saule, l'harpagophytum ou le boswellia. Il convient de rester vigilent sur la prise de ces coktails, en particluliers chez les sujets qui présentent des risques hémorragiques ou des ulcères.

Existe-t-il des études le collagène de type 2 ?

Plusieurs études montrent l’intérêt d’une supplémentation en collagène dans les douleurs articulaires quelques soient leur cause :

  • Une étude a montré une baisse de 40 % des symptômes d’arthrose chez des personnes ayant pris un complément alimentaire de collagène de type II, extrait de cou de poulet (1).

  • Utilisant le même complément, des chercheurs ont mis en évidence une réduction des symptômes chez les personnes souffrant de formes graves d’arthrose (2).

  • Une étude chez 236 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde a mesuré l’efficacité et l’innocuité du collagène de type II comparé au méthotrexate (immunosuppresseur donné en première intention dans cette pathologie). Après 24 semaines de traitement, une réduction significative de la douleur, des raideurs, du nombre des articulations douloureuses et gonflées a été observée dans les 2 groupes. En revanche, seulement 21% des patients souffraient de légers effets secondaires dus au collagène contre 42% d’effets plus lourds chez les patients traités au méthotrexate (3).

  • Un essai clinique en aveugle contre placebo sur 250 sujets souffrant de douleurs articulaires supplémentés par 10 g quotidiens de collagène durant 6 mois a montré l’efficacité du collagène dans la réduction de la douleur. Les personnes avec les détériorations articulaires les plus importantes ont été les plus soulagées (4).

  • De même, l’efficacité du collagène (12 g/jour pendant 6 mois) a été prouvée sur la diminution, chez 52% des 200 participants, des douleurs articulaires des membres inférieurs et supérieurs et de l’épine lombaire. Les chercheurs concluent que d’autres travaux sont nécessaires pour confirmer ces résultats(5).

Le mode d’action du collagène de type II est encore mal connu

  • Des données in vitro laissent penser que le collagène hydrolysé, c'est à dire fractionné en petites unité, pourrait stimuler la fabrication de collagène par le corps (6,7).

  • Une étude utilisant une technique spécifique d’imagerie a aussi montré que la prise de collagène hydrolysé protège la couche de cartilage chez des patients souffrant d’arthrose du genou. On observe alors une augmentation des protéoglycanes (une des molécules constituant le cartilage). Ce résultat est observé après 24 semaines de cure soit près de 6 mois (8).

Comment prendre soin au mieux de ses articulations ?

Que vous choisissiez ou non de prendre un complément à base de collagène, quelques conseils vous permettrons de mieux vivre avec vos douleurs articulaires : 

  • Si vous êtes en surpoids, essayez de perdre du poids en adoptant une alimentation saine et équilibrée. Cela permettra de soulager vos articulations et donc ralentir leur dégradation. 

  • Pratiquez une activité physique adaptée. Éviter les sports sollicitant les articulations par des à-coups – ils traumatisent les cartilages - et préférez des sports plus doux et vous permettant de vous muscler et mobiliser vos articulations. La marche rapide peut être pratiquée quotidiennement. D’autres sports tels que la natation, le vélo sont aussi de bons moyens de rester mobile. 

  • Augmentez votre consommation de collagène « assimilable » : on le trouve dans les bouillons de viande ou de poisson (réalisés à base d’os, d’arrêtes, de peau), dans les tripes, les pieds de porc ou encore les desserts à base de gélatine alimentaire. N’hésitez pas à consommer ce genre de plat lorsque vous en avez l’occasion ! 

  • Écoutez-vous :

    • Lorsque votre articulation est douloureuse, évitez de marcher ou de rester debout trop longtemps.

    • En général, évitez de porter des charges lourdes, elles augmenteraient la charge sur vos articulations.

  • Adaptez votre environnement pour éviter de tomber :

    • Dégagez les espaces pour pouvoir circuler facilement (surtout les couloirs),

    • Évitez les tapis qui peuvent faire trébucher ainsi que les fils électriques qui traversent les pièces,

    • Installez une barre d'appui dans les toilettes et la salle de bain

    • Rangez les objets du quotidien à portée de main pour éviter de monter sur une chaise ou vous contorsionner pour les attraper.

    • Optimisez l’éclairage pour voir au mieux et éviter les chutes.

Références : 

1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2764342/
2. http://science.sciencemag.org/content/261/5129/1727.long
3. Zhang, L. L., Wei, W., Xiao, F., Xu, J. H., Bao, C. D., Ni, L. Q., and Li, X. F. A randomized, double-blind, multicenter, controlled clinical trial of chicken type II collagen in patients with rheumatoid arthritis. Arthritis Rheum 7-15-2008;59(7):905-910. View Abstract

4. A randomized controlled trial on the efficacy and safety of a food ingredient, collagen hydrolysate, for improving joint comfort. Benito-Ruiz P, Camacho-Zambrano MM, et al. Int J Food Sci Nutr. 2009 Feb 12:1-15.
5. Bruyère O, Zegels B, Leonori L, Rabenda V, Janssen A, Bourges C, Reginster JY. Effect of collagen hydrolysate in articular pain: a 6-month randomized, double-blind, placebo controlled study. Complement Ther Med. 2012 Jun;20(3):124-30. doi: 10.1016/j.ctim.2011.12.007. Epub 2012 Jan 20.

6. Oesser S, Seifert J. Stimulation of type II collagen biosynthesis and secretion in bovine chondrocytes cultured with degraded collagen. Cell Tissue Res. 2003 Mar;311(3):393-9.
7. Moskowitz RW.
 Role of collagen hydrolysate in bone and joint disease.Semin Arthritis Rheum. 2000 Oct;30(2):87-99.

8. K. Change in knee osteoarthritis cartilage detected by delayed gadolinium enhanced magnetic resonance imaging following treatment with collagen hydrolysate: a pilot randomized controlled trial. Osteoarthritis Cartilage. 2011 Apr;19(4):399-405. doi:10.1016/j.joca.2011.01.001. Epub 2011 Jan 18.

Date de mise à jour : lundi 30 mars 2020 par Alexandre Autrou