PANIER

Votre panier est vide

Profitez vite de la livraison offerte* dès 45€

* France métropolitaine.

Santé naturelle, beauté, bien-être

Andrographis & rhume : choisir le bon dosage

Gélules d'andrographis contre le rhume : quel dosage ?
Elle ne paie pas de mine, cette plante frêle aux feuilles fourchues et éparses, et on pourrait facilement passer à côté d'elle lors d'une randonnée. Et ce serait dommage. Surtout pour ceux qui sont fragiles de la sphère ORL et qui enchaînent rhumes, rhinites, sinusites, pharyngites, bronchites de septembre à mai ! 
En effet, dans son article sur l'andrographis, le site Soignez-Vous mentionne la reconnaissance de son intérêt pour les maux de l'hiver par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) et cite les allégations consenties par cette autorité de santé :

"L’andrographis paniculata aide et contribue à un meilleur confort respiratoire, à atténuer les troubles respiratoires comme la toux, les maux de gorge d'une façon naturelle. L’andrographis soutient les défenses de l'organisme et aide à renforcer le système immunitaire."

Alors si vous êtes sujets aux rhumes, aux coups de froid et autres infections ORL à répétition tout au long de l'hiver, lisez cet article jusqu'au bout. Nous vous disons comment choisir vos gélules d'andrographis.

L'arrivée de l'andrographis dans la pharmacopée européenne

De la famille des acanthacées, l'andrographis paniculata est cultivée dans les zones tropicales et subtropicales de l’Asie et de l’Inde. Elle nous vient de la pharmacopée chinoise qui elle-même l'a transmise à la pharmacopée ayurvédique traditionnelle. Ce sont ses feuilles qui sont utilisées en Inde contre la jaunisse, les troubles digestifs et la grippe et en chine contre la fièvre, l'inflammation, les rhumatismes et la diarrhée.
On la connaît en Europe sous divers noms : chirette verte, échinacée d'Inde ou encore roi des amers, référence à son amertume qui explique qu'on ne la prendra pas en infusion.
En phytothérapie, on l'utilise depuis quelques dizaines d'années seulement surtout en prévention ou en traitement d’infections des voies respiratoires et en cas de fièvres. Depuis 1995 plus précisément, date de la publication d'une étude de 1995 du Dr Hancke et son équipe intitulée "Une étude en double aveugle avec une nouvelle substance kan jang : diminution de symptômes et amélioration de la guérison du rhume".

L'étude qui a tout changé

A l'origine, il y a les Scandinaves, qui sont allés chercher l'andrographis dans les médecines traditionnelles asiatiques pour mettre au point un extrait normalisé, le Kan Jang®. Fabriqué et commercialisé en Suède, il associe des extraits d’andrographis et d’éleuthérocoque (aussi appelé ginseng sibérien).
C'est donc cette association qui a fait l'objet de l'étude de 1995. Cette étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo avait pour but d'évaluer l'efficacité de cette plante dans la prévention du rhume. Les résultats ont été significatifs. Une réduction significative des symptômes cliniques tels que le mal de gorge, la fatigue, les douleurs musculaires ont été observés dès le 4e jour dans le groupe recevant 1200 mg d'extrait extrait standardisé à 4% d'andrographolides par jour, par rapport au groupe placebo. 
L’efficacité de l’association andrographis-éleuthérocoque dans la prévention et le traitement des infections des voies respiratoires a ensuite fait l'objet de nombreuses autres études qui vont tous dans le même sens.
Mais c'est principalement sur cette première étude que s'est appuyé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour reconnaître l’usage de l’andrographis dans la prévention et le traitement des infections respiratoires sans complication, comme le rhume, la sinusite, la bronchite et la pharyngite.
En effet, en 2002, dans son "WHO monographs on selected medicinal plants", l'OMS valide l'utilisation de l'andrographis en prévention et en traitement symptomatique des infections des voies respiratoires supérieures, telles que comme le rhume et la sinusite non compliquée, la bronchite et la pharyngite (mais aussi pour  les infections des voies urinaires inférieures et les diarrhées aiguës qui ne font pas l'objet de notre article). Bref, toutes les utilisations qui ont été appuyées par les données cliniques.

Kan Jan ou KalmCold ?

Au Kan Jang scandinave, mélange d'échinacée d’Inde et d'éleuthérocoque, on trouve un équivalent indien, le KalmCold. Ce complexe breveté contient un extrait d’andrographis paniculata standardisé à plus de 30% d’andrographolides associé à des extraits de pélargonium et de sureau noir. Le KalmCold dispose lui aussi d'une étude clinique randomisée en double aveugle. Cette étude a démontré son action sur le système respiratoire supérieur et sur la réduction des symptômes du rhume à raison de 200 mg par jour, soit 46,2 mg d'ndrographolides par jour, pendant 5 jours. 

A quel dosage l'andrographis est-il efficace ?

Comme nous venons de le constater, les études se sont surtout penchées d'une part sur des associations d'andrographis avec d'autres plantes (soit l'éleuthérocoque soit le pélargonium et le sureau) et d'autre part sur des extraits titrés en andrographolides. Pour séparer le grain de l'ivraie, nous vous conseillons en premier lieu de vérifier son dosage en andrographolides.
Présente dans ses feuilles, l'andrographolide est un lactone diterpénique. C'est cette molécule qui semble être à l'origine de ses propriétés contre le rhume. Mais l'andrographis contient de nombreux autres lactones diterpéniques et aussi des polysaccharides (arabinogalactane) et des flavonoïdes qui lui confèreraient une action antioxydante et protectrice. 
D'après la plupart des études, c'est donc à partir d'un minimum de 45 mg d'andrographolides par jour que la plante se montre efficace.

Comparatif des compléments alimentaires à base d'andrographis

Comprimés contre le rhume d'arkopharmastrong>Flash'rub d'Arkopharma est un complexe sous forme de comprimés qui ne vous apporte que 12 mg d'andrographolides par jour. Pas assez au vu des études précédentes. Toutefois, sa composition reste très intéressante et très complète. Elle contient du marrube, qui lui aussi est source de lactones diterpéniques, et associe l'andrographis aux plantes aux côtés desquels il a montré son efficacité : éleuthérocoque et pélargonium. Arkopharma ne s'arrête pas là et inclut l'échinacée, la reine des plantes immunostimulantes, la vitamine C et des oligo-éléments reconnus pour soutenir les défenses naturelles. Cette association de plantes titrées et de nutriments bien dosés revendique à la fois une action sur la sphère ORL et les défenses immunitaires. En cure de 5 jours.

Gélules contre le rhume d'AraganSinuflash d'Aragan se prend également en cure de 5 jours et contient l'extrait breveté KalmCold à la dose efficace de 200 mg par jour. Rappelons que ce dernier se compose d'andrographis normalisé à 33% andrographolides, de sureau noir normalisé à 13% d'anthocyanines et de pélargonium. Ces gélules dont le nom suggère de déboucher les sinus comprennent également un extrait de pépins de pamplemousse riche en bioflavonoïdes et 3 souches de ferments lactiques. L'addition de micro-organismes nous paraît particulièrement intéressante au vu des dernières études sur l'étroite relation qu'entretient la flore intestinale et les défenses naturelles.

Sachets contre le rhume de 3C PharmaDans les sachets de Sinuxin 3C, ce n'est pas moins de 13 ingrédients que l'on retrouve ! Nous ne ferons pas le tour de chacun d'entre eux, mais 3C Pharma table visiblement sur une action globale. On notera quand même la présence de salicyline  aux vertus anti-inflammatoire et antipyrétique, pratique pour les états fébriles, de l'eucalyptus, un grand classique de la phytothérapie hivernale, et  la N-acétyl-L-cystéine, un dérivé de l'acide aminé cystéine, nécessaire à la synthèse du glutathion, un puissant antioxydant. C'est aussi un composé qui permet de fluidifier les sécrétions et qu'on utilise en cas de bronchite (voir Fluimucil, etc.). L'andrographis n'est ici pas titrée en andrographolides, ce qui rend toute évaluation pour le moins hasardeuse. Toutefois, la formule a le mérite d'être complète et ajoute 2 plantes anti-inflammatoires (curcuma & saule) qui peuvent être intéressantes dans certains cas. 
On aime la prise gourmande à boire façon infusion dissout dans de l'eau chaude ou version rafraîchissante avec de l'eau froide.

Comprimés contre le rhume de Santé Verte ActiRubQue ce soit en comprimés ou en sachets, ActiRub de Santé Verte vous offre la même formule avec seulement 22,5 mg d'andrographolides. Mais ici encore, le laboratoire a joué la carte de l'association avec 11 autres ingrédients ! On pouvait compter sur Santé Verte pour utiliser des plantes de qualité, la plupart titrées en molécules. Ainsi, l'échinacée est titrée en polyphénols, l'astragale en polysaccharides, le saule blanc en salicine et la grande camomille en parthénolides. On retrouve aussi du sureau, de la N-acétyl-L-cystéine, du bouillon blanc considéré comme anti-inflammatoire et du zinc qui contribue au fonctionnement normal du système immunitaire.

Gélules contre la rhinite de Santé VerteParmi les autres compléments alimentaires à base d'andrographis, on trouve Polanine de Santé Verte. Son nom évocateur le distingue des autres et suggère une utilisation non pas en cas de rhume mais plutôt en cas de rhinite saisonnière. On y retrouve le mêm dosage d'andrographolides que dans ActiRub pour une action "sur le confort respiratoire".

 

Quelles précautions prendre ?

Du côté de l'ANSM, si elle admet que plusieurs des essais cliniques qui ont été faites dans les infections respiratoires aiguës ont montré une amélioration des symptômes et que des études pharmacologiques ont permis de montrer différents effets (hépatoprotecteurs, antimicrobiens et antiparasitaires, hypotenseurs, antiinflammatoires, immunomodulateurs..), elle a voté en 2015 l’inscription de l'andrographidis paniculata (partie aérienne) sur la liste B des plantes médicinales de la Pharmacopée française. C'est-à-dire que ses effets indésirables potentiels sont considérés comme supérieurs au bénéfice thérapeutique attendu. 

Contre-indications 

Aucune toxicité n’a été mise en évidence, pourtant des activités abortives et des effets sur la fertilité ont été rapportés. Pour cette raison, l'usage de l'andrographis est à proscrire chez la femme enceinte. Il est aussi à éviter chez les personnes traitées par immunosuppresseurs, anticoagulants, antidiabétiques oraux et hypotenseurs et ceux présentant des troubles de la vésicule biliaire. 

Effets indésirables

Ont été mis en évidence des effets indésirables comme des réactions d’hypersensibilité, une fatigue, des maux de tête et des diarrhées.


Les complexes décrits ici se prennent plus en traitement sur 5 jours qu'en prévention. Si vous souhaitez plutôt prévenir, nous vous conseillons de prendre de l'andrographis en gélules à raison de minimum 45 mg d'andrographolides par jour. A vous de trouver l'extrait standardisé et de sortir vos calculettes !


Références

- Kligler B, Ulbricht C, Basch E, Kirkwood CD, Abrams TR, Miranda M, Singh Khalsa KP, Giles M, Boon H, Woods J. Andrographis paniculata for the treatment of upper respiratory infection: a systematic review by the natural standard research collaboration. Explore (NY). 2006 Jan;2(1):25-9
- Hancke J et al. A double-blind study with a new monodrug kan jang: decrease of symptoms and improvement in the recovery from common colds. Phytotherapy Research, 1995, 9:559–562
- Coon JT, Ernst E. Andrographis paniculata in the treatment of upper respiratory tract infections: a systematic review of safety and efficacy. Planta Med. 2004 Apr;70(4):293-8
- Cáceres DD, Hancke JL, Burgos RA, Wikman GK. Prevention of common colds with Andrographis paniculata dried extract. A Pilot double blind trial. Phytomedicine. 1997 Jun;4(2):101-4. doi: 10.1016/S0944-7113(97)80051-7
- Poolsup N, Suthisisang C, Prathanturarug S, Asawamekin A, Chanchareon U. Andrographis paniculata in the symptomatic treatment of uncomplicated upper respiratory tract infection: systematic review of randomized controlled trials. J Clin Pharm Ther. 2004 Feb;29(1):37-45
- Saxena RC, Singh R, Kumar P, Yadav SC, Negi MP, Saxena VS,Joshua AJ, Vijayabalaji V, Goudar KS, Venkateshwarlu K, Amit A. A randomized double blind placebo controlled clinical evaluation of extract of Andrographis paniculata (KalmCold) in patients with uncomplicated upper respiratory tract infection. Phytomedicine. 2010 Mar;17(3-4):178-85
- Organisation mondiale de la Santé. WHO monographs on selected medicinal plants, vol. 2, Suisse, 2002
- Gabrielian E. S., Shukarian A. K., Goukasova G. I., Chandanian G. L., Panossian A. G., Wikman G., Wagner H. A double blind, placebo-controlled study of Andrographis paniculata fixed combination Kan Jang in the treatment of acute upper respiratory tract infections including sinusitis. Phytomedicine Int. J. Phytother. Phytopharm. Octobre 2002. Vol. 9, n°7, p. 589‑ 597

Date de mise à jour : jeudi 22 octobre 2020 par Alexandre Autrou